Image default
Business / B2B

Quelles démarches pour devenir propriétaire d’un vignoble ?

Posséder un vignoble est le rêve de nombreuses personnes à l’approche de la retraite. Les jeunes sont également attirés par cette reconversion qui passe par plusieurs étapes et demande un engagement physique important, ainsi qu’un professionnalisme rigoureux.

Des conseils pour ceux qui souhaitent investir dans la viticulture

L’envie de devenir propriétaire d’un domaine viticole survient généralement entre cinquante et soixante ans, à l’heure du bilan professionnel. En France, le vin a une importance culturelle de premier plan à laquelle s’ajoute une certaine stabilité du marché. Une acquisition viticole répond à un besoin de revenir à la terre, mais également à la possibilité d’entamer une activité professionnelle excitante. En effet, acquérir un domaine viticole, c’est avant tout penser entreprise, rentabilité et pérennité.

Il est recommandé de ne pas se lancer dans une acquisition viticole les yeux fermés, avec comme seul repère un coup de cœur. Il s’agit d’un investissement de très longue haleine qui impactera considérablement la situation fiscale et patrimoniale de l’acquéreur. Les spécialistes s’accordent à dire qu’avant de se jeter à l’eau, il est primordial de s’assurer du soutien de sa famille, mais surtout, bien choisir le conseil qui accompagnera l’investisseur et l’aidera à choisir le bon domaine.

Une acquisition viticole se doit nécessairement de passer par un profond travail d’évaluation des stocks et des investissements à entreprendre pour obtenir des produits de qualité et la rentabilité qui est la raison d’être de l’opération. Il est à noter qu’il peut parfois se passer des années entre la signature de l’acte de vente chez le notaire et le moment où on commence à percevoir des revenus. S’armer de patience est donc une qualité requise pour devenir vigneron.

Les étapes à passer pour devenir propriétaire d’un vignoble

Les experts recommandent aux candidats de déterminer en premier lieu leur profil d’investisseurs et les moteurs de leur motivation. Cela se fait par un audit du patrimoine et une vision correcte du métier qui est aussi très physique, car la viticulture ne se limite pas aux vendanges et à la vinification. La production se prépare un an à l’avance, avec des travaux de ceps harassants en hiver. Il faut également être présent dans les foires et salons pour essayer de vendre ses produits.

Outre le bilan financier du domaine, l’analyse de sa capacité de production et l’évaluation du stock, il faut prendre en considération des aléas comme les intempéries et les maladies de la vigne. Naturellement, un état des lieux des bâtiments et des moyens de production comme les caves, les cuves et des matériels de mise en bouteille est aussi nécessaire. Enfin, un fonds de roulement est à prévoir, sachant qu’il y a un décalage entre les vendanges et la commercialisation de la production.

Related posts

Tout sur l’Euromillions

Irene

La visioconférence a révolutionné la communication professionnelle

sophie

Où et comment créer vos brochures?

H.Dagobert